jamendo creative commons

17 octobre 2010

Metallica fini

A y est, j'ai fini ma caricature de Metallica. En tout cas on va dire que c'est fini.

Metallica

Nous avons donc, pour ceux qui connaissent pas le groupe (quoi, y en a qui connaissent pas ???), à gauche la formation actuelle avec James Hetfield, Kirk Hammett, Lars Ulrich et Robert Trujillo. A droite Jason Newsted ex-bassiste du groupe dont la séparation ne s'est pas faite en très bons termes, et au-dessus Cliff Burton, premier bassiste mort en 1986 dans un accident de car. Oui, bon, 2ème bassiste mais venez pas chipoter, le premier connu on va dire.

Bon, je sais, on devrait pas voir d'étoiles à travers tous ces nuages, mais disons que c'est une licence artistique ^^.
C'est une façon d'appuyer l'hommage voulu à Cliff Burton avec cette référence à mon titre préféré de Metallica.

Voili voilou.


16 octobre 2010

Metallica, WIP

Mon dessin de Metallica commence à prendre des couleurs sous Photoshop.
L'occasion pour moi d'essayer pour la première fois des trucs vus dans cette video de Joe Bluhm.

Metallica WIP 3

Metallica WIP 4

J'approche de la fin :)
Bon, j'avoue,le fond est un overpaint (je sais pas si y a un terme français pour ça, un "peinturlurage par-dessus" ?) de la pochette de l'album Master of Puppets. En même temps, voulant utiliser cette image, j'allais pas me faire chier non ^^.

Voili voilou

12 octobre 2010

5 mots, 1 histoire

Un petit jeu d'écriture lancé sur un forum que je fréquente, quelqu'un donne 5 mots et le suivant doit écrire une histoire cohérente où seront utilisés chacun de ces mots. Ce genre d'exercice me plaît bien et je m'éclate à le faire, alors j'ai eu envie de partager mes textes ici.

Les mots : violon, orange (le fruit), chausson, marguerite, cochon
Mon histoire :
Bourré comme un cochon je suis allé cueillir une marguerite que j'ai voulu offrir à cette femme qui faisait battre mon coeur et lever ma ... Mais je crois qu'elle n'a pas apprécié que je lui chante la sérénade à sa fenêtre à 2h du matin uniquement vêtu de mes chaussons. C'est au violon que j'ai fini, puisse-t-elle m'y apporter des oranges !

Les mots : mobylette, sapin, mouchoir, pont, caisse
Mon histoire :
Il roulait à fond la caisse dans une voiture neuve bien trop puissante pour son jeune permis. Il ne vit pas arriver au détour de ce virage cette mobylette chargée de rondins de bois vert. C'était Yves Duteil qui allait refaire le petit pont de bois qu'on traversait naguère. En tentant de l'éviter, il eu à peine le temps de se dire que ça sentait le sapin avant de s'y encastrer, dans un sapin.
Par miracle il s'en sortit vivant, mais la voiture était bien morte, elle. Il avait cependant été grièvement blessé au visage. Yves Duteil s'approcha de lui et lui tendit ironiquement un mouchoir, alors qu'il ne lui restait même pas ses yeux pour pleurer.

Les mots : dictionnaire, bigorneau, poêle à frire, binette, cheville
Mon histoire :
"- Passe-moi la binette !
- De quoi ?
- Passe-moi la binette, là, que je fasse cuire le bigorneau !
- ???"
Elle regardait son mari quelque peu surprise et inquiète, et lui répondit :
"- Oui... Alors ceci est une poêle à frire et ce que tu veux faire cuire est une entrecôte, tu pourras le vérifier dans tout bon dictionnaire qui se respecte."
Elle constatait à nouveau avec amertume que, décidément, il n'avait plus toute sa tête depuis qu'il s'était cassé la cheville. De là à penser qu'il avait le cerveau dans les pieds...

Les mots : oseille, montre, artichaut, portugais, limace
Mon histoire :
Il ne pouvait se passer de l'odeur de l'oseille. Il était de ceux qui pensent que si on n'a pas une montre Rolex à 50 ans, on a raté sa vie.
Mais le travail était incompatible avec sa pilosité palmaire. Il n'aimait rien tant que de se prélasser comme une limace au soleil. Ou un lézard, il ne savait plus.
Il finit par embrasser une carrière de gigolo et quelques vieilles rombières fortunées.
Tout se passa bien jusqu'à ce qu'il tombe sur cette dame au coeur d'artichaut. Elle ne supporta pas de le voir courir vers d'autres sources de revenu et lui envoya son cousin portugais. Celui-ci lui fit comprendre à coup de chorizo dans la gueule l'importance et la solidarité de la famille dans son pays.

Voili voilou.

08 octobre 2010

Chuck Norris, le retour

Bon, comme dit précédemment j'ai repris mon dessin de Chuck Norris en suivant quelques avis qu'on m'a donnés, à savoir:
- plus travailler la langue
- Chuck Norris est très poilu
- Faire un fond dégradé virant au noir
Et voilà donc le nouveau résultat :

Chuck Norris 300
Clic pour agrandir

En fait pour le fond, plutôt que de faire un bête dégradé, j'ai voulu suggérer le passage des Thermopyles derrière la tête de Chuck, le tout dans une teinte bleutée qui rappelle (en tout cas qui me rappelle) la couleur utilisée sur la couverture de la BD.

Voili voilou.

07 octobre 2010

Caricaturama

Je viens de découvrir le groupe Caricaturama Showdown 3000 sur Facebook.
Il y est organisé un concours hebdomadaire de caricatures. Rien a gagner, hormis choisir le sujet de la semaine suivante.
C'est juste un truc pour le plaisir, un lieu d'échanges entre dessinateurs, et une galerie ahurissante :D.
Il est très intéressant de voir les différents points de vue sur un même personnage, voilà une page vraiment enrichissante.

J'ai décidé d'y apporter ma modeste participation, pour le plaisir et l'exercice. Et puis ça parait rien mais ça donne un minimum de motivation :). En plus moi qui ai envie depuis un moment de tenter des caricatures de célébrités sans jamais savoir sur qui me pencher, au moins avec un sujet imposé ça élimine cet obstacle (ou devrais-je dire ce prétexte ?).

Le sujet de la semaine: Chuck Norris.
Je suis allé à la pêche aux idées dans les Chuck Norris Facts et j'ai illustré celui-ci : si Chuck Norris avait été pris dans le film "300" il l'aurait renommé en "1".

Et voilà ce que ça donne :

Chuck Norris 300
Clic pour agrandir

Petit dessin digital entièrement fait dans 'toshop.
J'ai eu quelques remarques et conseils en commentaires sur le groupe Facebook et vais donc essayer de faire une autre version en tenant compte.

Voili voilou.


26 juillet 2010

Fini ?

Je suis pas sûr.

sculpture femme
Clic pour agrandir

Même si je n'ai pas envie de toucher plus que ça au corps de peur de tout gâcher, je n'ai pas une impression d'achevé.
Il manque un je ne sais quoi que je ne parviens pas à définir. Déjà je trouve le fond trop carré, trop propre.
Il y a des chances que je revienne dessus un jour.
Mais là je réfléchi déjà à ma prochaine pièce.

Voili voilou.

20 juillet 2010

Ça prend formes

Deux petites heures à tailler, gratter, limer tout doucement ce soir.

sculpture

Je regrette un peu d'avoir travaillé la tête comme ça, j'aurais dû rester sur mon idée de départ, faire quelque chose de moins figuratif, juste une boule lisse.
Mais bon, une fois qu'on est parti, difficile de faire machine arrière, y a pas de gomme pour effacer et recommencer ^^ .
Enfin, je trouve en voyant les photos qu'elle a une grosse tête, ça va être à reprendre de toute façon, je verrais ce que je peux faire.

Je trouve ça vraiment intéressant de sculpter sans modèle, cet aspect improvisation qui fait que je ne sais pas moi-même où je vais.
Et il faut dire que le résultat pour l'instant n'a pas grand chose à voir avec l'image que j'avais en tête à l'origine.

Voili voilou.

Pâté de sable

Dimanche, c'était plage.
Résumé de la journée: bouchons, soleil, apéro, pique-nique, océan, sable, glace, bouchons, apéro, pizzas.

Mini-loute a joué dans le sable, et moi aussi du coup. Et plutôt que de faire des pâtés ou des châteaux, j'ai eu la subite envie de me lancer dans quelque chose de moins commun, et plus personnel :

sable

J'ai tenté de faire le portrait de ma fille en sable. Bon, c'est pas tout à fait ça...
C'est clairement pas évident, le sable ça s'effrite au moindre frottement et bien que j'ai de petits doigts ça reste trop gros pour certains détails. Et encore, le sable de cette plage est très fin et se tient plutôt bien quand il est mouillé.
Mais ça m'a permis d'appréhender un peu les volumes de son visage, ce qui pourrait me servir car j'aimerais bien un jour tenter un portrait en pierre.

Voili voilou.

15 juillet 2010

De l'impact psychologique de la gamelle

Il y a maintenant 5 semaines et demi, je me suis pris une gamelle en roller.
Du genre bonne gamelle. Bonne grosse gamelle. Bien qu'elle ne m'ait pas valu de billet d'entrée aux urgences.
J'en ai encore quelques traces physiques, cicatrices sur la cheville et le coude. Mais bon, ça c'est rien, ce n'est que de la carrosserie.

Pour expliquer brièvement, j'ai voulu prendre un rail, me suis loupé, j'ai tapé la cheville droite sur le rail, je suis tombé sur le côté, tapé la tête (casquée), râpé le coude gauche par terre, et pour finir je me suis encastré la cuisse gauche dans le pied du rail. La totale.

Bien qu'au final sans gravité, cette chute m'a marqué.
Parce que c'est la première où j'ai eu le temps d'avoir peur pendant. Et surtout c'est la première où j'ai flippé après coup.
Car une fois par terre, sonné, la première chose à laquelle j'ai pensé, c'est à ma fille. A me dire que pour elle, il ne fallait pas qu'il m'arrive quelque chose de vraiment grave.
Ce n'est qu'ensuite que j'ai commencé à me demander où je n'avais pas mal.
J'ai mis du temps à me remettre debout, j'ai mis du temps à récupérer physiquement.

Mais moralement, je ne me suis pas encore relevé. Je n'ai pas pu me lâcher sur les sessions suivantes, j'ai tendance à bloquer. Ce qui n'est pas bon du tout non plus, car y a rien de pire que d'avoir peur avant de se lancer, c'est le meilleur moyen de se planter.
Je ne compte certainement pas abandonner le roller agressif, mais là je crois que je vais stagner dans ma progression, ayant du mal à oser tenter des nouveaux trucs. Déjà que l'âge et un manque de fougue qui y est lié ne m'aide pas, me voilà en plus avec un blocage psychologique, arf.

Voili voilou.

12 juillet 2010

Ça taille tout doucement

Voici une nouvelle vue de ma sculpture en cours :

sculpture

Alors oui, ça n'a pas beaucoup avancé depuis la dernière fois. Mais ça fait longtemps que j'avais pas eu l'occasion d'aller à l'atelier, et les dernières fois où j'y étais allé une soudaine flemme d'autres occupations m'avaient empêché de m'atteler à la tâche.
Et puis faut avouer que j'avance très lentement maintenant, à reprendre petit à petit les formes. La peur de trop en enlever d'un coup fait que j'y vais par toute petite étapes, tellement que ça se voit à peine. Mais fallait que j'affine certains éléments, notamment ses épaules et bras qui semblaient plus appartenir à un déménageur. Et je pense que j'ai encore de quoi l'affiner.
Et il y a aussi l'opération décollage du dos qui est assez délicate, vu que je n'ai pas beaucoup de place entre le dos et la pierre que je veux laisser derrière. Et je galère sur la tête. Et sur le cou et les épaules au niveau des clavicules, qui feraient bondir n'importe quel ouvrage d'anatomie.
Et malgré tout ça je me fais plaisir, si si. C'est la magie de la création :).

Voili voilou.