jamendo creative commons

26 juillet 2010

Fini ?

Je suis pas sûr.

sculpture femme
Clic pour agrandir

Même si je n'ai pas envie de toucher plus que ça au corps de peur de tout gâcher, je n'ai pas une impression d'achevé.
Il manque un je ne sais quoi que je ne parviens pas à définir. Déjà je trouve le fond trop carré, trop propre.
Il y a des chances que je revienne dessus un jour.
Mais là je réfléchi déjà à ma prochaine pièce.

Voili voilou.


20 juillet 2010

Ça prend formes

Deux petites heures à tailler, gratter, limer tout doucement ce soir.

sculpture

Je regrette un peu d'avoir travaillé la tête comme ça, j'aurais dû rester sur mon idée de départ, faire quelque chose de moins figuratif, juste une boule lisse.
Mais bon, une fois qu'on est parti, difficile de faire machine arrière, y a pas de gomme pour effacer et recommencer ^^ .
Enfin, je trouve en voyant les photos qu'elle a une grosse tête, ça va être à reprendre de toute façon, je verrais ce que je peux faire.

Je trouve ça vraiment intéressant de sculpter sans modèle, cet aspect improvisation qui fait que je ne sais pas moi-même où je vais.
Et il faut dire que le résultat pour l'instant n'a pas grand chose à voir avec l'image que j'avais en tête à l'origine.

Voili voilou.

Pâté de sable

Dimanche, c'était plage.
Résumé de la journée: bouchons, soleil, apéro, pique-nique, océan, sable, glace, bouchons, apéro, pizzas.

Mini-loute a joué dans le sable, et moi aussi du coup. Et plutôt que de faire des pâtés ou des châteaux, j'ai eu la subite envie de me lancer dans quelque chose de moins commun, et plus personnel :

sable

J'ai tenté de faire le portrait de ma fille en sable. Bon, c'est pas tout à fait ça...
C'est clairement pas évident, le sable ça s'effrite au moindre frottement et bien que j'ai de petits doigts ça reste trop gros pour certains détails. Et encore, le sable de cette plage est très fin et se tient plutôt bien quand il est mouillé.
Mais ça m'a permis d'appréhender un peu les volumes de son visage, ce qui pourrait me servir car j'aimerais bien un jour tenter un portrait en pierre.

Voili voilou.

15 juillet 2010

De l'impact psychologique de la gamelle

Il y a maintenant 5 semaines et demi, je me suis pris une gamelle en roller.
Du genre bonne gamelle. Bonne grosse gamelle. Bien qu'elle ne m'ait pas valu de billet d'entrée aux urgences.
J'en ai encore quelques traces physiques, cicatrices sur la cheville et le coude. Mais bon, ça c'est rien, ce n'est que de la carrosserie.

Pour expliquer brièvement, j'ai voulu prendre un rail, me suis loupé, j'ai tapé la cheville droite sur le rail, je suis tombé sur le côté, tapé la tête (casquée), râpé le coude gauche par terre, et pour finir je me suis encastré la cuisse gauche dans le pied du rail. La totale.

Bien qu'au final sans gravité, cette chute m'a marqué.
Parce que c'est la première où j'ai eu le temps d'avoir peur pendant. Et surtout c'est la première où j'ai flippé après coup.
Car une fois par terre, sonné, la première chose à laquelle j'ai pensé, c'est à ma fille. A me dire que pour elle, il ne fallait pas qu'il m'arrive quelque chose de vraiment grave.
Ce n'est qu'ensuite que j'ai commencé à me demander où je n'avais pas mal.
J'ai mis du temps à me remettre debout, j'ai mis du temps à récupérer physiquement.

Mais moralement, je ne me suis pas encore relevé. Je n'ai pas pu me lâcher sur les sessions suivantes, j'ai tendance à bloquer. Ce qui n'est pas bon du tout non plus, car y a rien de pire que d'avoir peur avant de se lancer, c'est le meilleur moyen de se planter.
Je ne compte certainement pas abandonner le roller agressif, mais là je crois que je vais stagner dans ma progression, ayant du mal à oser tenter des nouveaux trucs. Déjà que l'âge et un manque de fougue qui y est lié ne m'aide pas, me voilà en plus avec un blocage psychologique, arf.

Voili voilou.

12 juillet 2010

Ça taille tout doucement

Voici une nouvelle vue de ma sculpture en cours :

sculpture

Alors oui, ça n'a pas beaucoup avancé depuis la dernière fois. Mais ça fait longtemps que j'avais pas eu l'occasion d'aller à l'atelier, et les dernières fois où j'y étais allé une soudaine flemme d'autres occupations m'avaient empêché de m'atteler à la tâche.
Et puis faut avouer que j'avance très lentement maintenant, à reprendre petit à petit les formes. La peur de trop en enlever d'un coup fait que j'y vais par toute petite étapes, tellement que ça se voit à peine. Mais fallait que j'affine certains éléments, notamment ses épaules et bras qui semblaient plus appartenir à un déménageur. Et je pense que j'ai encore de quoi l'affiner.
Et il y a aussi l'opération décollage du dos qui est assez délicate, vu que je n'ai pas beaucoup de place entre le dos et la pierre que je veux laisser derrière. Et je galère sur la tête. Et sur le cou et les épaules au niveau des clavicules, qui feraient bondir n'importe quel ouvrage d'anatomie.
Et malgré tout ça je me fais plaisir, si si. C'est la magie de la création :).

Voili voilou.